Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un agriculteur sur trois gagne moins de 350 euros par mois

Et 600 se suicident par an

La Mutualité sociale agricole, qui gère la sécurité sociale des agriculteurs, a diffusé ce mardi les premiers chiffres sur le revenu des exploitants en 2016. Leur revenu moyen se situe entre 13.000 et 15.000 euros par an. Un tiers des agriculteurs touche moins de 350 euros par mois.

[...]

Près d’un exploitant sur cinq en déficit

La sécurité sociale des agriculteurs a estimé leur revenu moyen 2016 entre 13.000 et 15.000 euros, soit 4 à 5% de plus qu’en 2015, mais note « une grande hétérogénéité selon les régions ».

« La surprise vient plus (du fait) que la hausse est due à une baisse des charges qu’à la hausse des recettes », a expliqué Michel Brault, directeur général de la MSA. Près de 20% des exploitants étaient en déficit en 2016. Une proportion qui peut aller jusqu’à 35% dans certains départements.

30% des exploitants avaient un revenu inférieur à 350 euros par mois, une part qui peut aller jusqu’à 44% dans certains départements. Cette proportion est stable par rapport à 2015. Parmi ceux qui ont un revenu inférieur à 350 euros par an, la MSA comptabilise des exploitants en déficit.

Lire l’article entier sur francebleu.fr

 


 

Le Figaro du 8 octobre 2017 consacre un article au suicide chez les agriculteurs.

 

 

Le suicide est la troisième cause de mortalité chez les agriculteurs, après les décès par cancer et par maladies cardiovasculaires. Il touche toutes les régions et les productions agricoles françaises. Il n’épargne aucun paysan, même pas ceux qui sont bien investis dans la profession. Le 25 septembre dernier, Marc Spenle, père de deux fils et vice-président de la race bovine la Vosgienne, a mis fin à ses jours. Sa vache Candy était tête d’affiche du Salon de l’agriculture en 2011. Le 30 août, en Bretagne, Jean-Michel Le Troadec, l’agriculteur dont le lisier s’était répandu dans le cours d’eau le Jaudy à la suite d’un accident, s’est suicidé lui aussi. Enfin, Jean-Pierre Le Guelvout, candidat de la saison 5 de « L’Amour est dans le pré », s’est donné la mort en décembre dernier.

Sans oublier tous ces agriculteurs anonymes dont les nombreux avis de décès sur Internet montrent que ce mal n’épargne ni les jeunes éleveurs bien intégrés dans leur commune, ni les femmes, ni les retraités, qui ne supportent pas de voir leur fils s’enfoncer dans la crise. « Il ne se passe pas un jour sans que l’on me communique un faire-part de décès d’un agriculteur qui s’est donné la mort où que des proches m’appellent au secours », confie Jacques Jeffredo, humble maraîcher retraité de Sainte-Anne-d’Auray, à l’origine de cette cérémonie du souvenir. Il recense environ 600 suicides d’agriculteurs par an, soit quatre fois plus que les dernières statistiques officielles qui datent de… 2011.

L’agriculture française en danger, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le suicide s’inscrit dans une forme de rejet voire de dégout de la vie, de ce qui fait la vie de chaque jour.
    La majorité des agriculteurs ont un rythme de vie intense. Je bossais 14 à 16 heures/jour dans mon activité agricole. A ce rythme la fatigue use le corps prématurément mais use aussi notre perception du présent. Le passage à l’acte, le suicide, devient une voie de sortie dans une situation d’impasse.

    Concernant les revenus, il faut relativiser ces chiffres. La chiffres de la msa s’appuient sur les déclarations de revenus, c’est à dire pour les agriculteurs, le bénéfice agricole : ce qui reste quand on retire toutes les charges au chiffre d’affaires. Mais les agriculteurs ont la possibilité de se nourrir "sur la ferme" et de faire du black (pas pris en compte par la msa). Ceci pour dire que s’il est vrai que beaucoup d’agriculteurs ont, au final, peu de revenus (notamment par rapport au travail effectué) il me semble que ce sont surtout les personnes pauvres des villes, qui n’ont aucune autonomie, notamment d’habitat ou alimentaire, qui sont dans la situation la plus difficile aujourd’hui.
    Le bon sens voudrait que les pauvres des villes aillent aider les agriculteurs en difficultés mais tout est fait pour que cela ne fonctionne pas. Je ne développe pas plus, la modération comprendra peut-être pourquoi.

     

    • Ah merci de préciser cette évidence que la plupart des gens ignorent.

      350e par mois, dans ces conditions (c’est à dire hors charge), c’est (beaucoup beaucoup) mieux que 2/3 des entrepreneurs 3 ans après la création de leur entreprise (pour ceux quoi ont survécu...).
      Mais les agriculteurs ne s’en rendent pas compte (ils ont au moins des terres à vendre, ce que les entrepreneurs n’ont pas !) précisément parce-qu’ils vivent en marge de la société.

      Globalement, Macron n’a pas eu tort de dire que la condition de patron était bien plus difficile que celle de salarié (du moins les 8 premières années, quand on arrive à les passer...). Je ne compte plus le nombre de personnes qui m’ont dit préférer l’activité salariée (visibilité, régularité des revenus, harcèlement qui ne peut venir que des collègues, 35h et c’est fini !, accès au logement et accès au crédit qui vous seront systématiquement refusés si vous êtes entrepreneur, et pas d’exonération de charge sur les bas salaires, ce qui vous coute plusieurs centaines d’euros de salaire net mensuel - sur des salaires à 800e ca fait une énorme différence !- ; en gros, un stagiaire vit mieux que vous dans votre propre boite... Hallucinant.
      Ah oui, et pas de protection chômage...)

      Le taux de suicide s’explique par l’usure, mais aussi par la solitude, la stigmatisation et la marginalisation sociale. Contrairement aux entrepreneurs qui vivent en ville, la quasi totalité des interractions humaines d’un agriculteur esseulé sont malheureusement... de nature économiques/marchandes/commerciales.

      Enfin, il faudrait ajouter que tous les agriculteurs ne sont pas logés à la même enseigne : chatelains vignerons, céréaliers, voire maraichers "bio" (c’est + rare) peuvent vivre comme des pachas.
      producteurs de lait, éleveurs, fruitiers certaines années, petits maraichers, vignerons débutants souffrent énormément. Pour les premiers, pour des raisons trop complexes à développer ici (rôle de la nouvelle zelande, pression de la grande distribution sur les entreprises qui le trandforment, surproduction chronique-suppression des quotas, organisation de la profession et de ses rapports avec l’industrie laitière), il n’y a malheureusement rien à faire... Pour les autres, il y a sans doute des marges de manoeuvre.

      D’ailleurs, on aimerait bien connaitre la part des producteurs de lait dans le nombre de suicides...


    • #1817732

      Serge
      Jacques a dit qu’il fallait mettre les migrants dans les villages:que des chances pour la France:voilà la solution !
      Pouvez vous développer votre connaissance du milieu pour en décrire les évolutions (promesses de meilleurs revenus à partir de l’agriculture intensive et disparition progressive des petites exploitations au fil des générations mais aussi superbes baraques pour certains !)
      Je suis persuadé que la modération tiendra compte de votre partage d’expérience.

      Salutations


    • #1817814

      @KILLXS, 75% de la surface agricole utile en France est louée à des tiers, rares sont les agriculteurs propriétaires de leur ferme, certains entrepreneurs ne s’en rendent pas compte...


    • #1818039

      @KILLS, combien d’entrepreneurs voient leurs factures faites par les clients ?
      J’ai livré du lait, des céréales, fait monter des bêtes dans le camion(avec pour seul contrat une poignée de main.), et le prix je ne l’ai toujours su qu’en recevant le chèque.
      Sans doute une situation bien bien meilleure que celle des entrepreneurs.
      J’ai pour amis des gars qui sont pour la plupart indépendants, maçon, chauffagiste, couvreur, électricien, bûcheron, tondeur...
      Le même constat pour tous : on fait du black pour payer les charges !
      Pour les mises bas, à compter du 10 février, en 60 jours consécutifs, j’ai fait 850 heures de travail(pas de présence !), mes 185 chevreaux ont rapporté 925 euros TTC(TVA à 10%) de chiffres d’affaire en achetant pour 1300 euros HT de poudre de lait !!!
      Si je ne devais faire que des choses rentables je devrais leur taper sur la tête à la naissance !


  • #1817689

    Et Macruche fait semblant de s’intéresser à eux avec des usines à gaz qui ne produiront que du vent !


  • #1817709

    La mort est dans le pré.

     

    • agriculteur retraité avec 800 euros de retraite je gagne plus que quand j’étais en activité....
      je m’en sors car je suis propriétaire de ma maison(pas des terres) et d’une ruine que j’ai restauré de mes mains entierement pour la louer car je voyais se profiler le désastre depuis une quinzaine d’années )et encore valide je peux faire face en bricolant aux travaux d’entretien. Mais après ?.....le suicide avec mon épouse pour ne pas être à la charge des enfants ?.....

      je me rappelle qu’à un moment j’ai touché le rmi, il fallait compter les revenus du potager...

      bande de fumiers !


    • Bonjour,
      Vivant dans un pays asiatique n’ayant pas les aides sociales francaises, il est normal pour les enfants de reverser à leur parents une partie de leur salaire... c’est leur normalité.... et en aucun cas, ils n’ont l’ impression que leurs parents sont une charge.

      Une autre facon de penser qui pourrait être utile en France, en prenant un peu plus en consideration la cellule familliale et nos anciens...


    • @José :
      C’est ce modéle là que le capitalisme libéral imposé en France aprés guerre a détruit.
      Regarde le documentaire "Adieu paysans" .


  • Et le gouvernement, aux ordres de l’UE, n’en en strictement rien à faire.


  • A ce propos, il y aurait une loi en préparation pour améliorer la rémunération des agriculteurs ... N’aura-t-elle pas plutôt pour conséquence - c’est mon avis, et je me trompe peut-être - d’augmenter à la vente les prix des produits français et d’ouvrir un boulevard aux produits étrangers, beaucoup moins chers ?
    (Fausse solution, puisque solution il n’y a guère hors sortie de l’U.E. ?)

     

    • si vous saviez !...

      j’ai assisté à des meetings de foire ou seule parlait la fédé en présence de bayrou qui disait que le mondialisme était inévitable et le patron de la chambre d’agri dire au micro que les paysans allaient devoir traverser le gué et donc ..... s’alléger.....les prix allant êtres fixés à Chicago. c’était au début des années 90.Le mec des rg que je connaissais faisait des yeux comme des soucoupes en me regardant.....des enc**** s !

      Tout était planifié déjà pour faire disparaitre la petite paysannerie.


  • C est quand même étonnant que la loi ne prévoit pas l octroi d un chèque repas de 7€ pour ces agriculteurs. Si ils disent avoir perdu leurs papiers ou mieux que les cochons les ont bouffés, ça peut passer non ?

     

    • #1818083
      le 12/10/2017 par République de Fronce
      Un agriculteur sur trois gagne moins de 350 euros par mois

      Je croyais que ce système était spécifique à ma commune parce que le foyer est juste en face du Flunch (menu a 7 euros tout les jours), mais apparemment c’est national (Républicain ?).


  • @ Jose
    ah non merci ! 3 générations sous un même toit....c’est l’enfer avec les conflits de génération induits.
    Et une maison de retraite toute pourrie c’est 1500 euros mini par mois....


  • #1817997

    Faites comme Cedric Herou, devenez passeur de migrants,

    ça gagne un max et vous serez décoré par Jaku de la Licra.


  • KILLXS >>> Si un agriculteur propriétaire d’une partie (souvent infime par rapport à la surface qu’il exploite) de ses terres la vent pour pouvoir se tirer un revenu, il se tire bien plus qu’une balle dans le pied puisqu’il liquide son outil de travail et donc pour la suite son activité aussi.

    Vélo >>> Vous avez bien vu ce qu’il se profile, l’agriculture française ne pourra jamais rivaliser avec les autres pays européens ou non (surenchère de normes et coût du travail entre autres).

    Jamais la grande distribution ne réduira ses marges, les produits viendront de l’étranger et le consommateur mangera de la merde sans se rendre compte que l’agriculture française disparait.


  • le tracteur qui vaut le prix d’une porsche, la moissonneuse au prix d’une lamborghini, la charette au prix d’une grosse bmw, la possibilité de construire sur leurs terres le lisier qui te pourri la santé et les produits qu’ils te mettent au pied de ta maison quand tu as la CHANCE d’habiter à coté du champ, les routes bien grasse pour te crouter en moto leur femme au conseil de la mairie JE LES DETESTE et je ne vais pas les plaindre merci cette fois de poster mon message et de ne pas faire comme les autres journaleux vereux

     

    • Retournez-donc à la ville.

      Signé : Un maraîcher labellisé Agriculture Biologique qui s’efforce de fournir de la nourriture saine aux gens mais qui gagnerait plus à profiter du système (comme beaucoup...)


    • #1818213

      @celte, détends toi, ceux que tu détestes et dont tu as besoin 3 fois par jour tant que tu manges sont en train de se flinguer, tu seras bientôt libre de réaliser tous tes loisirs dans une grande friche écologique en te goinfrant de merde américaine(mérites-tu seulement autre chose ?).
      Allez, j’ai fini de traire, et faut que j’aille vendre au marché, on est pas tous chômeur...
      Au cours d’une de tes ballades à moto, si tu passes près de chez moi(https://www.egaliteetreconciliation...) arrêtes-toi une minute, tu verras, il y des trucs qui sont plus faciles à pianoter qu’à dire...
      Tu peux aussi mettre tes couilles sur le bon coin.


  • #1818114

    Le suicide chez les agriculteurs est l’indicateur du suicide social et environnemental en général. Le français se laissant mené par le bout du nez tout en râlant contre des mirages, il n’ y a rien d’étonnant de voir que ce pays sombre dans un désastre total. Cette guerre économique qui met beaucoup de gens à genoux poursuit son cheval de bataille et va en tuer encore de nombreux. C’est à se demander si le programme des élites ne vise pas à détruire totalement cette civilisation car ils n’ont déjà plus besoin des hommes pour se nourrir et se suffire à eux mêmes ! Le contrôle par la voie digitalisée a rompu l’équilibre du vivant et continu de l’achever. L’homme n’ayant pas su rester un homme a succombé à la machine, devenant rapidement son esclave, courant après un profit illusoire, gagné par une idéologie sans fond, aux lois corrompues par ceux qui les premiers ont tiré parti de la technologie. Une époque incroyable où le pire devient meilleur que le meilleur du pire !


  • J’ai un peu de mal avec la compassion envers des larbins conscients.

    La agriculteurs conventionnels savent qu’ils font des mauvais produits, arrosés avec des mauvais produits, poussant sur des terres contenants des mauvais produits.

    Depuis 1910 l’agriculture conventionnelle massive empoisonne les gens, fragilisant la santé des plus solides et rendant malades les moins solides.

    12, 15 voire presque 20 traitements de produits nocifs pour une pomme, de la pousse jusqu’à la mise à l’étal... et je devrais avoir de la compassion ?

    Des animaux qu’ils tuent à la chaîne après les avoir fait vivre dans des conditions pas possibles... et je devrais avoir de la compassion ?

    Voilà bien des années que je mange entièrement en bio et sans charogne d’aucune sorte, avec ou sans label d’ailleurs, faut connaitre les bons producteurs de confiance, et voilà autant d’années que je regarde l’agriculture conventionnelle descendre dans le gouffre, d’où il aurait mieux valu qu’elle ne sorte pas.

    « Fallait bien nourrir tout le monde » on me répondra... ouais ben non, à ce tarif-là, nos anciens auraient dû savoir se serrer la ceinture en attendant de faire de la qualité.

    Car produire en mauvaise quantité, ça, c’est facile à faire.

     

    • vous n’avez pas trop compris que l’agriculture qui se suicide n’est pas celle en majorité dont vous parlez.....
      avec un prix du lait à la production qui est le même depuis 20 ans vous ne pouvez pas avoir des vaches nourries à l’ancienne. Votre vache fait 4000 litres de lait quand les pisseuses en font 5 fois plus. Un flicage administratif en plus fait qu’on arrive à des drames comme jérome laronze abattu de 3 balles car réfractaire à l’agriculture que vous dénoncez

      https://reporterre.net/Jerome-Laron...

      alors d’autres soient se suicident ou jouent au larbin conscient pour sauver leur ferme fruit du travail de plusieurs générations pour ne pas être celui qui dans l’histoire centenaire de la ferme tire le rideau définitivement .


    • #1818565

      yankee98 mange bio et surtout pas de cadavre ça sent l’végan, tu commentes régulièrement sur E&R et tu es un sous produit américain jusqu’au pseudo...
      Le problème avec la féminisation, c’est que les comportements de gonzesse chez les hommes c’est trop d’émotion pour faire la part des choses et qu’il faut y mettre des étiquettes pour rassurer la consommatrice.
      Mange des étiquettes, je te conseille les espagnoles(bio mais atrazine interdit en France depuis quinze ans.), les africaines(bio mais DDT interdit en France depuis 45 ans.), les hollandaises(œufs au fipronil contenu dans un produit autorisé en bio en Hollande et interdit en conventionnel en France.).
      Les éleveurs élèvent, mais la gourgandine qui se laissent émouvoir par des images d’abattoir, n’imprime que le commentaire qui dit agriculture française.
      Quand la guerre viendra on te verra arriver à la ferme en broutant les talus avec les dents en or de mamie dans la poche pour acheter du corbeau.
      L’agriculture qui descend dans le gouffre ce n’est pas la conventionnelle, c’est la française, les 200 élevages de 1000 vaches allemands se portent bien les élevages de 7000 chèvres(bio !) hollandais aussi...
      Sans élevage pas de bio possible car même su tu veux éviter l’horrible fumier conventionnel le producteur bio compensera avec des granulés de poils de porc ou de plumes de poulet non issus de l’agriculture biologique.
      Tes fameux producteurs bios, si je mets les pieds sur leurs exploitations je les démasque en 5 minutes, depuis le temps que je suis dans le métier j’en ai rencontré que trois, un céréalier plus pomme de terres, un maraîcher et un vigneron avec une réelle technique agronomique biologique, le reste, des labellisé qui racontent des histoires, qui traitent en douce, et se ventent de sauver la planète, c’est vrai que ça plait aux gonzesses...


    • Laurent71 à dit :



      Quand la guerre viendra on te verra arriver à la ferme en broutant les talus avec les dents en or de mamie dans la poche pour acheter du corbeau.



      Excellent :)

      Sinon, Laurent, ton maquignon là, t’as droit à un petit bisou au moins parceque à 5€ le chevreau le gars c’est un gros fdp ...


    • #1818883

      Salut Jayjay, il n’y a plus de maquignon pour les chevreaux dans l’est et le centre de la France, un seul acheteur qui en plus fait le Benelux et l’Allemagne qui eux ont accepté de payer pour faire enlever leurs chevreaux(va négocier derrière ça...), en ce moment ils sont en train de nous concocter un label, de qualité supérieure bien sûr, auquel il faudra adhérer, tu vois c’est même plus l’absence de bisous il va falloir payer la vaseline.
      J’ai essayé la vente directe, trouver les clients, engraisser les bêtes, et quand je suis passé à l’abattoir qui est en cheville avec le négociant et l’engraisseur, ces "passepaslamodération" m’ont pris 30 balles par tête et m’en ont saisi un quart, avec pour seul recours de rouler tout ça bien serré et de me le carrer dans l’oignon : Bénéfice net = Perte.
      La France n’est plus qu’un système mafieux généralisé, il faut prendre conscience que pour changer le rapport de force, il n’y a que la force, voir la violence, mais avec des "dissidents" guidés par des émotions de gamines de 16 ans, c’est pas gagné...


    • Aeî aîe aîe Laurent ... Je sais pas quoi dire à part que je compatis avec ta petite famille .
      Ça fout les boules toute cette merde .
      Sache quand même que le jour ou ça pète, les bouffeurs de graines émasculé et les gros cul en sarouel à tête de poney qui viendront quémander, il y aura du monde pour s’en occuper .


  • @laurent71
    Merci pour cet air pur de la campagne ! Ca fait du bien de temps en temps...
    C’est vrai que la gonzessification en marche fait des ravages entre les neurones
    Certes, de nombreux paysans ont cédé aux sirènes d’une agriculture peu scrupuleuse de sécurité sanitaire des aliments. Encore que, à l’époque, on leur demandait de produire en quantité et que les critères de sécurité sanitaire et de santé publique n’étaient pas aussi définis qu’aujourd’hui..
    Et puis .merde quand même ! la vie de paysan, sa pénibilité+++, combien aujourd’hui seraient prêts à endurer ce que ces milliers de nos compatriotes ont enduré pour rester chez eux et faire vivre leurs familles
    Fais chier..


Commentaires suivants