Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

Décédé dans la nuit [de dimanche à lundi 9 ocobre 2017] à 87 ans, Jean Rochefort a traversé les époques, alternant nanars et chefs-d’œuvre, sans jamais perdre son élégance.

 

Il avait ce côté aristocrate qui imposait le respect et charmait l’esprit. Un rien cabot, toujours malicieux, le verbe haut, le propos parfois égrillard et un look british légèrement désuet... Jean Rochefort a traversé les époques avec élégance et panache, en aimant les bons mots, l’amour et les chevaux, tel un seigneur du XVIIIe siècle. Et une certaine ironie affichée, comme pour garder cette âme d’enfant qu’il n’a jamais voulu perdre dans les méandres du métier. Et cacher une mélancolie dont il ne parviendra jamais à guérir tout à fait. La dérision comme art de vivre, en quelque sorte.

 

 

Il grandit dans une province qui l’ennuie profondément, avec une mère comptable et un père autodidacte, devenu cadre dans l’industrie pétrolière. Sa voie est toute tracée : décrocher de bons diplômes, comme son frère aîné, qui intégrera Polytechnique. Mais le jeune Rochefort est de nature rêveuse, peu porté sur les études, au grand désespoir du paternel. Un jour, sous le crachin nantais, il pousse la porte d’un cinéma et découvre Gary Cooper en se disant que la vie se déroulait sous ses yeux. Mais son père le veut comptable : après 1945, il l’envoie étudier à Paris, c’est une catastrophe. « J’ai passé la matinée à chercher l’école au 78, rue de Richelieu, a-t-il expliqué un jour dans Le Figaro. En rentrant, je lui ai dit : Papa, entre le ­­­77 et le 79, le 78 n’existe pas. J’ai pris une tarte. »

 

Les glandeurs du conservatoire

Il intègre l’école d’art dramatique de la rue Blanche, puis le conservatoire, et sympathise d’emblée avec la bande de joyeux lurons avec qui il fera désormais les 400 coups : Jean-Pierre Marielle, Jean-Paul Belmondo, Bruno Cremer, Annie Girardot, Claude Rich, la promo idéale. Sans oublier Philippe Noiret qui les rejoint dès qu’il le peut... Des années d’insouciance, sans un rond, mais avec l’envie d’oublier cet après-guerre déprimant.

« Ce que nous voulions, c’était jouer, rire, retrouver les copains, gagner de l’argent pour vivre, s’est souvenu Rochefort dans L’Express. Comme une certaine forme de marginalité. Et puis l’autodérision est une chose qui ne nous a jamais quittés. »

Tout le monde est admis au concours de sortie, sauf lui. Première grosse déprime. Il commence à douter, un manque de confiance en lui qui le poursuivra longtemps.

Il enchaîne les seconds rôles, on lui trouve un air british, il s’y complaît avant de s’attaquer à un répertoire plus soutenu au théâtre, avec des pièces de Giraudoux, Obaldia ou Harold Pinter... En parallèle, il met du beurre dans les épinards en s’essayant au cinéma, épaulé par ses copains du conservatoire qui lui dégottent des rôles de circonstance comme dans Cartouche, au côté de Belmondo. Après la saga des Angélique et Les Tribulations d’un Chinois en Chine, il confirme son statut d’acteur populaire dans Le Grand Blond avec une chaussure noire, L’Horloger de Saint-Paul ou encore Un éléphant ça trompe énormément. Ce sont les années fastes, avec deux césars décrochés pour les films Que la fête commence et Le Crabe tambour – le métier lui en décernera un troisième pour l’ensemble de sa carrière en 1999.

Lire l’article entier sur lepoint.fr

 

Un film d’éveil politique et social, chez Kontre Kulture :

Sur le cinéma, également chez Kontre Kulture :

 

Un cinéma français qui n’échappe plus au politique,
voir sur E&R :

 






Alerter

74 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1816207
    Le 9 octobre à 22:08 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Le dernier film français que j’ai vu, c’est La Métamorphose des cloportes réalisé par Pierre Granier-Deferre, sorti en 1965.
    Vous pourriez le citer dans votre sujet à venir sur l’art moderne.

    Dialogué par Michel Audiard sur la question.

    "Toutes les arnaques ne sont rien, en comparaison de l’art abstrait."
    "La période bleue, la salope !"

     

    Répondre à ce message

    • #1816418
      Le 10 octobre à 09:33 par mondialisto-sceptique
      Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

      hors sujet, mais une merveille en effet... J’entends encore Pierre Brasseur et la réponse de Ventura :
      « j’expose pas moi, j’m’adresse qu’à des vicieux... Tu m’vois m’pointer chez Edmond de Rotschild et lui proposer la Joconde sans facture, tu vois d’ici la musique ?
      - la musique c’est une chose, la peinture c’en est une autre. J’en veux dix briques et pas un rond de moins ! »
      Sans compter l’apparition furtive mais géniale de Jean Carmet. Et tout le reste...

       
  • #1816292
    Le 10 octobre à 00:11 par Seconde classe
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    C’est uniquement générationnel - je suis né en 1971 - mais Rochefort rime pour moi avec tous ces films français incroyables qui passaient à la télévision avant la Grande Privatisation (coups de départ -> 1984 : Canal Plus ; 1986 La Cinq).

    J’enjolive peut-être, mais je vous explique, les jeunots, quand j’étais collégien : plusieurs fois par semaines, passaient à la télé française - qui n’avait alors que trois chaînes d’État, des films qu’on dirait aujourd’hui d’auteur - à 20h35.
    La pub durait 5 minutes. Et puis bam, ça commençait. Les films de l’époque parlaient volontiers de choses hard-core (politico-gangstéristes genre Costa-Gavras) ou alors de ce que Télé 7 jours décrivait comme "Comédie de moeurs" : là, c’est qu’il savaient pas quoi mettre comme genre. Il y avait plein de cadors : Marielle, Ventura, Girardot, Belmondo, Biraut, Darc, Gabin, Richard, Blier, Deneuve, Dewaere, Trintignant, Lanoux, Carmet, Serraut, Poiret, et toutes celles et ceux dont j’ai le visage mais non le nom en tête.

    Quand on était écoliers c’était encore autre chose : coucher à 20h30. Sauf s’il y avait un "film marrant" (ou : "comédie") qui comportait "Bourvil" ou "de Funès" dans la distribution. Auquel cas on avait le droit, toujours obtenu, de le regarder même s’il y avait école le lendemain. On épluchait le "Télé 7 jours" le vendredi pour préparer la stratégie télé de la semaine. Et mes parents nous laissaient nous délecter d’un film, regardé et commenté en famille, et qu’on discutait le lendemain dans la cour de récré.

    C’est une époque morte, ce qui est normal, et le beau/le bon télédiffusé se construira autrement avec ma progéniture (d’autant qu’on n’a pas la télé) ; mais le réseau d’État blackliste systématiquement tout ces grands films et téléfilms des années 60-80 depuis environ le début des années 2000, et cela, je le déplore, parce que cela contribuait à unifier culturellement les gens.
    Je pense que l’État a peur que les gens se rendent compte que la société a énormément bougé au détriment de qui lui délègue son autorité.

    Accessoirement : qui connaît encore De Funès, dans génération Y ou Z ?

    Adieu, Jean Rochefort. Merci pour tous ces bons moments.

     

    Répondre à ce message

    • #1816432
      Le 10 octobre à 10:06 par mondialisto-sceptique
      Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

      Merci pour ce message qui m’évoque beaucoup de souvenirs et dont je partage les conclusions (notamment sur l’unification culturelle). Si ça peut vous rassurer, mes enfants connaissent tous De Funès.

       
    • #1816875
      Le 11 octobre à 00:23 par Seconde classe
      Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

      @ mondialisto-sceptique

      Vous me faites un grand plaisir en écrivant cela. Des choses se transmettent. Les parents pensent à partager, même des choses - apparemment - très futiles comme un film avec de Funès (voire : une chanson de Brassens). C’est un baume, merci.

      Accessoirement, le nom de Charles Denner m’est revenu dans la liste des cadors ; même si on l’a souvent cantonné dans des seconds rôles, impossible d’oublier sa mine inquiète, très souvent campée au sommet d’un imper d’inspecteur, et perpétuellement sur le qui-vive - ou alors retranchée dans un doute inexpressif très particulier. J’aimais bien Charles Denner, sa diction, son quant à soi.

       
  • #1816350
    Le 10 octobre à 05:57 par Petula
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Heureusement qu’il reste Dany Boon, Djamel Debbouze et Omar Sy

     

    Répondre à ce message

    • #1816870
      Le 11 octobre à 00:08 par Mahlune
      Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

      Oui, heureusement il reste Omar Sy
      Un grand acteur toujours en perfection. Il diversifié ses rôles, partage des émotions..rassemble les gens dans la joie. De la graine de légende

       
  • #1816567
    Le 10 octobre à 14:57 par bardy
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Pour évoquer autre chose que sa carrière.
    Jean Rochefort admirait beaucoup Céline. Dans une interview de 2013 encore, il se déclarait "violemment célinien".

    Et puis... toujours beaucoup d’émotion à revoir cette vidéo où il évoque les femmes tondues...
    https://www.youtube.com/watch?v=Tpd...

     

    Répondre à ce message

  • #1816569
    Le 10 octobre à 14:59 par michel amm
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Cette mort met un point final au plan de transformation de l’image du français au cinéma : remplacer progressivement les acteurs français "sérieux" par des bouffons comiques, puis les remplacer par des acteurs de cultures non française.

    Après 68 les acteurs français de culture française ( Gabin, Ventura ...) sont progressivement remplacés par des bouffons sans talent qui donnent une très mauvaise image de la France profonde.

    De tel sorte que les jeunes qui vont au cinema ne puissent plus s’identifier aux acteurs français de culture française.

     

    Répondre à ce message

  • #1816612
    Le 10 octobre à 16:08 par Sofia
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Ainsi va la vie ,adieu vieille France ,bonjour le mondialisation culturo cinématographique !
    La liste des décès s’allonge inexorablement .. reste encore Brigitte Bardot ,Marielle,Delon ,Belmondo ,Depardieu ,Jean -Louis Trintignant ..

     

    Répondre à ce message

  • #1816745
    Le 10 octobre à 20:02 par sylvie une française
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Malheureusement, il n’y a pas de relève. Autant je pourrais citer des noms d’acteurs de sa génération autant je n’en trouve pas un seul qui puisse égaler le talent de ce grand monsieur.
    Respect Monsieur Rochefort

     

    Répondre à ce message

  • #1817102
    Le 11 octobre à 13:19 par Un souchien
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Un des seuls a avoir relaté avec écœurement ces femmes tondues à la libération ... ( 2004 , chez Drucker - elle est bonne -) ... Pas très courant chez les intermittents ? ...et encore cette liberté d’expression certes flétrie mais existante - de nos jours , la dictature ne le permettrait plus !

     

    Répondre à ce message

  • #1817355
    Le 11 octobre à 19:46 par Marmiedoise
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    E. Riva, V. Lanoux, C. Rich, J. Moreau, M. d’Arc et maintenant J. Rochefort.... 2017 est une année noire pour le cinéma français et elle ne est pas encore finie !

     

    Répondre à ce message

  • #1820596
    Le 16 octobre à 20:46 par Lydrax69
    Mort de Jean Rochefort, le grand seigneur du 7e art

    Jean Rochefort : une pétition adressée à Dieu pour « l’annulation » de sa mort.
    http://www.lefigaro.fr/culture/2017...

    Une atmosphère très particulière dans le film "Calmos" :
    https://www.youtube.com/watch?v=WOh...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents