Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’école de la République...

Un élève de l’école de la « République » a envoyé ça le 10 octobre 2017 sur Twitter. Le triste résumé de 40 ans de socialisme dans l’Éducation nationale...

 

 

Le libéralisme détruit la société, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

L’école « française », sur E&R :

 






Alerter

123 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1817557
    Le 12 octobre à 00:01 par Seconde classe
    L’école de la République...

    Renvoyer définitivement l’escogriffe hydrocéphale est un préalable - mais qui ne coule pas nécessairement de source.

    Car la seule question est : la prof sera-t-elle soutenue par sa hiérarchie, même avec vidéo à l’appui ?

    Si vous aussi côtoyez de près des enseignants du secondaire (et je vous le dis : je ne suis pas prof, ni fonctionnaire), vous aurez compris en trois semaines que le principal, souvent aidé du conseiller d’éducation et de la gestionnaire jouent 9 fois (mettons 8) sur 10 les élèves contre les profs qui ont pourtant à coeur leur métier et l’élevation des enfants qui leur sont confiés. Ceci, simplement pour se faire bien voir de l’Inspecteur d’Académie, qui ne veut pas de problèmes, mais des stats valorisantes à faire remonter au Ministère.

    C’est une plaie réelle. Les profs sont pris entre trois feux : les élèves en free style (mais qui sont le coeur du métier et qu’il faut aider du mieux que l’on peut - et il y a encore des élèves "normaux"), les parents déstructurés qui viennent consommer de l’Éducation et chougnent quand on punit leur Enfant-Roi (parents parfois physiquement violents eux aussi), et, le plus important les administratifs complaisants, qui sabotent le travail accompli en salle de classe (avec une juste proportion de pervers et de tordus dans le lot, comme les attirent tous poste à responsabilités).

     

    Répondre à ce message

    • #1817661
      Le 12 octobre à 09:19 par Xuxu
      L’école de la République...

      Ouah un post intelligent de quelqu’un qui sait de quoi il parle, merci ça fait du bien

       
    • #1817753
      Le 12 octobre à 12:26 par vélo
      L’école de la République...

      Les effets immédiats de cette fameuse "bienveillance" que les profs doivent témoigner aux élèves - cet "escogriffe" est en outre un lâche : profiter de sa force, d’une, pour s’en prendre à une femme, de deux, beaucoup plus âgée que lui, et de trois, c’est en-dessous de tout. En bref, ce type est une sous-merde.

       
  • #1817573
    Le 12 octobre à 00:54 par Dansleségouts
    L’école de la République...

    Une jeunesse sans foi est foutue. Pas un pour rattraper l’autre. Foutu cinéma !

     

    Répondre à ce message

  • #1817617
    Le 12 octobre à 06:39 par Beligue
    L’école de la République...

    Le plus grave étant certainement la baisse de niveau, mais tout cela ne se tient-il pas ? Recevant une classe d’ingénieur agro , lors du debriefing avec les intervenant ’un prof des grandes écoles (normale sup, X..)en retraite depuis un an nous annonça 4 an de retard sur notre époque. Un ingénieur maintenant c’est un bts 1ère année il y a 40 ans....

     

    Répondre à ce message

  • #1817662
    Le 12 octobre à 09:20 par bagatelle...
    L’école de la République...

    Le plus choquant dans cette vidéo, c’est le reste de la classe qui s’extasie de joie lorsque l’autre neuneu gifle la prof. Le mal est vraiment profond...Car on est pas à l’abri d’un in individu sans éducation, violant et abruti, mais que le reste de la classe se bidonne en voyant ça, c’est révélateur de l’état d’esprit général de ces jeunes de quartier.
    Quand j’étais au lycée (début des années 2000), une chance pour la France avait frappé un prof et je me souviens que profs et élèves c’était tous réunis dans la cours pour marquer le coup, pour faire comprendre que c’était inacceptable.

     

    Répondre à ce message

  • #1817860
    Le 12 octobre à 15:16 par Brebis_garée
    L’école de la République...

    Je suis outré par vos commentaires ! Vous jalousez tous ce futur Baudelaire ma parole ! N’est ce pas ...

     

    Répondre à ce message

  • #1817879
    Le 12 octobre à 15:58 par Extrême Onction
    L’école de la République...

    Si un petit breton avait frappé une professeur noire ou arabe, ce serait passé aux infos.
    Si un petit breton avait frappé un être humain selon le Grand Prophète Attali, on en aurait fait un long métrage...

     

    Répondre à ce message

    • #1818417
      Le 13 octobre à 14:04 par Peter
      L’école de la République...

      Permettez moi de douter de votre bon compréhension de ce qui fait l’info... Sachez d’une part que nous sommes en France plus de 66 millions... Autrement dit, si on cherche bien... n’importe quel genre d’infos peut être monté en épingle..

      Alors je vous suis sur le fait qu’il peut y avoir une sélection des faits divers plutôt que d’autres...

      Pour illustrer cette vérité, n’oubliez jamais qu’il y a plus de trois femmes en moyen par semaine qui meurent sous les coups de leurs conjoints (des hommes meurent aussi..). Le plus souvent l’alcool est déterminant dans le passage à l’acte...

      Si c’est bien fait... deux trois faits divers d’hommes alcooliques qui jettent leur femmes par la fenêtre de l’immeuble pourrait mettre un terme à l’industrie vinicole... Je dit ça sans partie pris... Une illustration de ce qu’ils pourraient faire...
      Autant bien comprendre la manipulation quand on veux l’évoquer..

       
  • #1818055
    Le 12 octobre à 21:27 par Lucien
    L’école de la République...

    Si je disais : " Islam go home ."... Serais - je susceptible , de poursuites judiciaires ?

     

    Répondre à ce message

    • #1818403
      Le 13 octobre à 13:50 par Peter
      L’école de la République...

      Vous êtes susceptible aux poussées d’urticaire ? Ça se comprend, mais pourquoi se focaliser sur la dermatologie ?

      Ne restez pas à la surface des choses.. en plus cet africain sub-saharien, de couleur noir de peau, peut être chrétien comme la majorité des subsahariens...

      Quant à la difficulté, juridique ou pas de classer l’Islam religion universelle comme n’appartenant pas à un territoire... c’est tout aussi délicat qu’un païen européen vous affirmant que le christianisme est une religion bédouine du moyen orient, n’appartenant pas à l’origine au territoire européen.. et que ça légitimité peut être remise en cause... Plusieurs siècles de communautés musulmanes en Europe ou millénaires de christianisme n’y changerait rien...

       
  • #1818097
    Le 12 octobre à 22:25 par Iskandaar
    L’école de la République...

    Nina



    Ça n’a rien à voir avec le socialisme ou l’immigration



    Bien sûr que cela a à voir, qu’est ce que vous croyez ? Le gauchisme et l’idéologie libérale on fait en sorte d’étouffer les problèmes gravissimes qui existent depuis des décennies dans ces banlieues. Je suis désolé mais j’ai vu ce type de scène dans mon adolescence, ça fait juste 20 ans que ça existe... Et cette vidéos n’est que la face visible de l’Iceberg, là on ne parle que de violences juvéniles, vous pouvez ajouter les affaires de viols, incestes familiaux, harcèlement sexuels (au sein des institutions de la prestigieuse EN...), omerta du milieu "éducatif" (tous de gôche) etc... j’ai les infos de professionnels qui le vivent de l’intérieur depuis des décennies. Le pire c’est qu’il faut qu’une vidéo filtre de temps en temps de cette nébuleuse sociétale, pour que l’on en parle : Mais ça fait plus de 20 ans les gens !

    Il faut admettre que la plupart des citoyens français ne considèrent pas ces ghettos comme étant véritablement la France, qu’on ne s’étonne pas que la situation se soit dégradée à un tel point. Aujourd’hui (les "responsables" politiques ajoutent de nouvelles vagues de migrations sur une plaie déjà infectée, ce qui illustre la folie de ces tristes individus) c’est juste impossible de rétablir la situation sans en passer par des moyens radicaux.

     

    Répondre à ce message

    • #1818144
      Le 12 octobre à 23:49 par Peter
      L’école de la République...

      Les moyens radicaux par bienveillance peuvent être très bien acceptés... Les élèves sont parfois demandeurs de discipline.... Il ne faudrait pas avoir peur d’avoir recours à un certains élitisme (enfin, tout est relatif) et extraire un tiers des meilleurs éléments..

      Ça me paraît tellement évident dans un groupe qui a des difficultés de ne pas justement diffuser les difficultés mais les contenir pour y répondre au mieux. L’égalitarisme pose un sacré problème quand il y a des difficultés d’enseignement du savoir... C’est un modèle qui pourrait être appliqué dans tous les collèges.. L’idée pourrait être de réunir les meilleurs élèves dans chaque discipline et de leur donner plus d’autonomie et un savoir personnalisé qui pourrait en définitive nécessiter moins de présence de professeurs..

      Le gros problème c’est qu’on s’interdit de trouver des solutions..

       
  • #1818184
    Le 13 octobre à 01:31 par Sedetiam
    L’école de la République...

    Comme dirait l’autre, ce pourrait être ma grand-mère, ma mère, ma femme, ma soeur, ma fille : dans ce cas, pour faire de l’inclusive du genre, l’« encuIé » se prend une traque : la même chose que le contrat mais avec un brin de terreur complémentaire ; sans haine, juste de la détermination.

     

    Répondre à ce message

  • #1818559
    Le 13 octobre à 18:01 par Abdu
    L’école de la République...

    On ne s’indigne guère lorsqu’une institutrice donne une bonne baffe à un enfant de 6 - 7 ans... Bon, c’est vrai qu’il faut attendre l’autorisation des médias pour s’indigner.

    Violence, indiscipline, paranoïa, comportements odieux, abêtissement,... l’école de Jules Ferry.

     

    Répondre à ce message

    • #1818716
      Le 13 octobre à 22:50 par No Passaran-Tamplan
      L’école de la République...

      @Abdu
      Moi je le dérouille, comme il n’a jamais reçu de trempe, un petit con comme ça et avec le sourire !
      Un jeune qui fait le con c’est un appel à l’aide il attend une réaction (c’est d’ailleurs pour ça que les conneries vont crescendo) si tu le dérouilles, ça le rassure, il se sent surveillé et il peut vivre tranquille , on a tous besoin de loi, de barrières, d’autorité tu marches pas droit bing, tu fais le con bing, tu réponds à ta mère bing , l’autorité est posé on sait qu’on ne risque rien que tout file droit , tout est cadré, aucune surprise (à part si le chef ,le père donc, le décide ) on aprehende mieux la vie si rien ne nous surprend !
      Là, il attend une rouste et personne ne lui donne, intérieurement, il panique, manque d’ordre et de discipline, plus un père est dur (mais juste) plus on l’aime, plus il essaye d’être un copain, un pote (ou même absent) plus on fait des conneries (donc on le défit lui et l’autorité) , la peur de ne plus avoir de référent, d’autorité, donc de sécurité (patriarcat père tout puissant, mais juste droit et protecteur et aimant ) tout le reste c’est du flan et j’ai plusieurs enfants
      Comme quand Soral dit une main tendu, mais ferme (qui partage, puni, ordonne, mais aussi aime et protège c’est le rôle du père, de l’époux, du chef )

       
    • #1818952
      Le 14 octobre à 12:37 par Peter
      L’école de la République...

      J’ai reçu une baffe magistrale enfant alors que je n’étais que le témoin d’une petite bêtise et non pas l’auteur..

      L’humiliation, l’injustice, l’incompréhension, l’incapacité de défendre sa cause (LOL..) face à l’autodétermination de l’adulte... bien que révoltant.. à un côté formateur. Merci Dieu, je n’ai heureusement jamais été brutalisé de la sorte par mes parents.

      L’apparition de la violence à l’école n’a rien de surprenant...

      Tout événement devrait être un prétexte... pour permettre l’avancé de l’apprentissage. Un conseil de discipline, par exemple devrait non pas se faire entre adulte mais inclure l’accusé et les témoins. Les élèves bien que très cons et excités par le côté divertissant de l’humiliation d’une prof peuvent très souvent s’identifier à la victime.

      L’agresseur peut également prendre conscience que son acte n’est pas du tout valorisé par ses camardes.. mais succite plutôt de la crainte et pas du tout du respect.

      Last but not least, si il était demandé à l’agresseur de participer à l’élaboration d’une sanction adéquate par rapport à la gravité de ses actes, il y a de grande chance qu’il soit très lucide sur ce que cela mérite...

      Les solutions existent.. elles ne peuvent être appliquées car ni les intérêts des élèves sont défendus, ni ceux des professeurs.. Il faut prendre conscience de cette incohérence « systémique ».. À côté de ça les équipes enseignantes font aussi du bon boulot lorsqu’ils en ont les moyens.

       
    • #1819089
      Le 14 octobre à 16:28 par No Passaran-Tamplan
      L’école de la République...

      @Peter & Abdu
      Et il va de soi ,qu’au bout de peu de temps, tu n’as plus besoin de mettre de roustes (corrections) très vite une parole, un regard ,une intonation, et tout est compris , de temps en temps tu hausses le ton et ça suffit (ça s’appelle l’ordre et l’autorité et si dans notre société on faisait ainsi, tout irait 100 fois mieux) et c’est bien pour cela qu’ils font tout le contraire ça s’appelle gouverner par le chaos (Ordo ab Chao,) avant on prenait des coups de pieds au cul personne n’en est mort et tout allait bien mieux
      Il ne s’agit bien-entendu pas de maltraiter mais d’éduquer , de discipliner , l’enfant très vite plus besoin de réprimande juste un rappel à la loi , ainsi on devient un homme responsable et juste , le but étant de démontrer que c’est l’injustice qui est réprimander l’acte et non l’enfant en tant que personne (et que l’enfant fait parti du groupe, de la famille, du corps, de la société, et qu’il doit être responsable et juste, droit lui aussi qu’il en va du bien commun et quand aucun cas on prend plaisir à être dur)
      Bien à vous les kamarades

       
    • #1819210
      Le 14 octobre à 19:49 par Peter
      L’école de la République...

      Merci, l’ami. Bonne continuation dans tes efforts, il faut certainement s’adapter à toutes les situations et chercher constamment les meilleurs solutions. En ce qui me concerne je suis assez impulsif mais je me surveille. Je suggérais une petite idée quant à l’éducation des enfants qui doit bien être différente lorsqu’il s’agit de ses propres enfants...

      Le prophète Mohammed (psl) n’a jamais levé la main sur personne et encore moins sur des enfants.. Sa méthodologie peut être illustré dans un hadith où il s’adresse à un de ses enfants (ou neveux) et l’enfant ne semble pas écouter les indications qu’il lui donne.. Que fait-il ? Après avoir communiqué sur les tenants et les aboutissants, il le laisse... pour revenir plus tard et reproposer sa requête... Laissant à l’enfant suffisement de recule et de temps pour prendre en compte tous les éléments et ne pas réagir dans la précipitation..

      Je crois que vous avez tout à fait raison lorsque vous dites qu’une colère (légitime) peut être perçu d’un simple regard ; la beauté, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir reçu une brutalité physique pour être convaincu de l’anormalité de la situation et le danger de rompre un équilibre...

      Je crois que les contraintes et les suppressions de liberté sans manipulation physique, c’est amplement suffisant pour obtenir des résultats.

      La seule violence qui a mon avis peut avoir une valeur pédagogique, c’est lorsque un môme se défend dans la cour de récréation afin de se protège ou protéger les autres... tout simplement car c’est le seul cadre où il n’y a pas de règles et en conséquence la loi du talion (des rois du bac à sable) peux s’appliquer.

      Il arrive parfois que des maîtres frappent un chien désobéissance avec la laisse de celui-ci... La méthode est particulièrement dangereuse car la laisse équivaut habituellement à une récompense (faire une sortie) alors que là, le châtiment doit être subit avec ce même outil (de guidé).

      Particulièrement contre-productif car la laisse qui correspond à de « l’encadrement » (une soumission volontaire à l’autorité, se laissez attacher une laisse) à justement le bénéfice de pouvoir apprécier collectivement un bon moment en s’en remettant à l’autorité qui gère justement les plaisirs... C’est comme caresser et frapper son chien avec sa main.. Une contradiction en soi. La colère est légitime et nécessaire son expression doit également être moralement exemplaire.
      Voila, un petit peu ce qu’il faut faire et ne pas faire...IMO

       
    • #1819310
      Le 14 octobre à 22:33 par No Passaran-Tamplan
      L’école de la République...

      @Peter
      Je ne suis pas d’accord sur tout mais comprends le fond
      Quand on parle de correction, il n’est nullement question de violence physique, mais de correction
      Ne pas confondre punition et maltraitance
      Et comme disaient nos anciens : qui aime bien, châtie bien
      Mais lis Saint Thomas d’Aquin , et je peux saisir ton expression et la retrouve dans l’éducation selon Don Bosco ( Ce qui compte, c’est de savoir placer ton fardeau. S’il est bien d’aplomb sur ton épaule, il ne bouge plus et tu peux presque l’oublier.)
      Toucher le cœur pour toucher l’esprit , mais ça c’était valable avant, aujourd’hui on a changer de paradigme, y compris nous parents , nous avons été élevé dans la société marchande , la mode, la pub, la télé, le confort matériel, la philosophie d’avant n’est plus la même
      La ou une enfant jouait docilement tel sainte Thérèse de Lisieux (famille Martin) , on a aujourd’hui des lolitas tel des Vanessa Paradis (fille du spectacle et du consumérisme) , on ne peut comparer ce qui n’est pas comparable.
      Quand on chantait Se canto de Gaston III de Foix-Béarn dit Gaston Fébus seigneur féodal de la Gascogne , on chante aujourd’hui M Pokora ou Julien Doré une casquette sur la tronche des tennis nike aux pieds et des piercings dans le nez (je ne dis pas cela pour toi ou tes enfants, je me permettrais pas, mais tu ne peux nier le réel ni l’absurdité de ce monde ou tu vis sur la lune !!)
      Que Dieu te bénisse kamarade (comme quoi tu vois)
      La rudesse et la rigueur, dur mais juste , dans un monde froid, je donne autorité et amour aux miens

       
Afficher les commentaires précédents